Comment se rapprocher de l’autonomie fourragère

Parmi les préoccupations des éleveurs, il est fréquemment évoqué le souhait d’être plus autonome en matière d’alimentation animale. L’occasion nous est donnée de faire le point sur le sujet et de chercher d’où vient cette dépendance. Mais plus qu’un constat, il est intéressant de réfléchir sur des solutions possibles pour améliorer l’autonomie fourragère et en estimer l’intérêt.

Comment  se rapprocher  de l’autonomie  fourragère

Produire un maximum de fourrages de qualité sur l’exploitation

Plusieurs conditions sont nécessaires pour réussir à atteindre l’autonomie fourragère :

Tout d’abord disposer de fourrages et de concentrés produits sur l’exploitation avec un rapport PDI/UFL qui corresponde aux besoins des animaux. Ces aliments peuvent être utilisés en pur ou combinés entre eux.

Produire des fourrages avec un taux d’encombrement le plus faible possible afin que l‘animal en consomme la plus grande quantité. Une fois rassasié, si les besoins de l’animal ne sont pas satisfaits, l’aliment concentré permettra d’équilibrer la ration. Or c’est cet aliment concentré qui est le plus coûteux,...

Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous au Mag "Bulletin de l'Alliance" !

Déjà
abonné(e) ?


Accédez au contenu

Vous êtes adhérent(e) ?


Abonnez-vous au bulletin

Pas encore adhérent(e) ?


Adhérez à l'Alliance
pour pouvoir vous abonner