La génétique, outil de sélection au service du Border Collie

A l’origine du chien, il y a eu un processus de domestication puis de raciation. La raciation vise à spécialiser un individu dans une tâche précise en fixant des aptitudes et une morphologie découlant de ces aptitudes (de la même façon qu’il existe des races laitières, à viande ou à laine dans le cheptel ovin  aux qualités et physiques fort différents). 

Pour fixer des caractères, il est obligatoire de sélectionner, dans un premier temps, avec des lignées proches voire consanguines.


La génétique,  outil de sélection  au service  du Border Collie

Si nous remontons les pedigrees de tous les chiens d’une même race, nous retomberons toujours sur 3 ou 4 chiens(ne)s originels. 

Pour le Border Collie, Old Hump (né fin à la fin du 19ème siècle) est considéré comme LE chien fondateur de la race, on peut citer aussi Wiston Cap dont la tête représente le logo de l’ISDS.


La raciation a donc pour conséquence génétique la fixation des caractères voulus et non voulus…. L’apparition de maladies héréditaires est donc inéluctable lors d’un processus de sélection de spéciation.


Notre race de travail reste heureusement très rustique grâce à son optique de sélection orientée essentiellement vers le travail mais elle n’en est pas exempte. Il est important que les naisseurs restent vigilants quant aux maladies transmissibles en utilisant les outils que la science met à leur disposition :

Les examens cliniques 

Un examen clinique est réalisé par un vétérinaire et permet d’établir si un chien présente des symptômes de la maladie génétique recherchée. C’est un outil efficace mais partiel, en effet, il permet d’identifier les animaux malades mais pas ceux en devenir ni les porteurs sains. Il ne permet donc qu’un contrôle partiel de la propagation de la maladie.


La radio pour identifier la dysplasie coxo fémorale

La dysplasie est une déformation de l’articulation de la hanche qui engendre inégalement d’un individu à l’autre, une usure prématurée du cartilage, de la douleur et des boiteries.

La radiographie doit être lue par le vétérinaire officiel du club de race pour attribuer une lettre pour chacune des deux articulations :

A 

Articulation parfaite

-

B

Articulation imparfaite

-

C

Dysplasie légère

-

D

Dysplasie moyenne

-

E

Dysplasie sévère



Actuellement, la reproduction d’individus n’ayant pas de dysplasie ne suffit pas à éliminer totalement la maladie du cheptel.

On suppose donc que l’expression de la dysplasie dépend de l’épigénétique c’est à dire des gènes qui s’expriment plus ou moins selon l’environnement.

Il est donc important de contrôler l’activité de son chiot et de lui donner une alimentation de qualité pour limiter l’apparition du gène de la dysplasie.

Pour terminer, une opération existe, réalisée par des vétérinaires spécialisés en orthopédie.


Le fond d’œil ou l’ ERG pour identifier l’APR (Atrophie Progressive de la Rétine)

Il est réalisé par un vétérinaire ophtalmologiste agréé par la centrale canine.

L’APR est une dégénérescence progressive de la rétine qui entraîne à long terme une cécité totale.

Cet examen permet d’identifier les individus malades mais pas ceux qui le seront plus tard ni les porteurs sains.

Un test génétique nous aiderait grandement à gérer cette maladie. Pour aider la recherche, il est important de participer aux travaux de recherche des laboratoires en leur faisant parvenir des prélèvements de salive de cas avérés voire même de ses frères et de ses sœurs.

Les examens génétiques

Un examen génétique est une lecture de l’ADN d’un individu réalisé par un laboratoire spécialisé (Laboklin, Génidexe, Antagène…) pour identifier le ou les gènes responsables d’une maladie génétique, et détermine trois statuts possibles :

Sain (clear) : le chien ne sera jamais malade et ne peut pas transmettre la maladie.

Porteur (carrier) : Le chien ne sera jamais malade mais peut transmettre la maladie.

Atteint (affected) : Le chien sera malade et transmettra la maladie.

C’est un outil précis et performant qui permet de faire des mariages raisonnés.

Sain x Sain = 100 % sain

Sain x porteur = 50 % sains + 50 % porteurs

Sain x atteint = 100 % porteurs

Porteur x porteur = 25 % sains + 25 % atteints + 50 % porteurs

Porteur x atteint = 50% porteurs + 50 % atteints

Atteint x atteint = 100 % atteints


Chez le border collie il existe des packs pour les maladies suivantes :

AOC (anomalie de l’œil du colley) appelé aussi CEA : il existe différents stades de la maladie, mais le risque majeur reste la cécité.

 IGS : Malabsorption de la vitamine B12 qui entraîne des dommages neurologiques et du système nerveux.

 RAINE : usure précoce des dents qui entraîne une perte des dents.

 SN : dégénérescence des cellules nerveuses sensorielles et motrices.

 NCL : épilepsie, comportements agressifs liés à une dégénérescence neurologique.

TNS : maladie auto immune qui affaiblit le système immunitaire et qui conduit à une multitude d’infections.

GGD : glaucome qui endommage le nerf optique et qui conduit à la cécité.

MDR1 : sensibilité médicamenteuse à l’ivermectine pouvant entraîner la mort.


Prolongements 

Si cela ne doit en aucun cas être le seul outil de sélection, réaliser des tests de santé est un acte essentiel quand on envisage de faire reproduire un individu.


Faire des tests génétiques c’est :

  • Contribuer à l’amélioration de la race
  • Donner une gageure de qualité à sa production
  • Economiser de l’argent : 

en effet ne pas produire de chiots malades évite bien des procédures judiciaires qui seront toujours au détriment de l’éleveur.




Elsa Penel, 

Enseignante en zootechnie, 

Lycée agricole de Meynes (30)





En Savoir Plus…

La FSDS, partenaire de l’Alliance Pastorale, est là pour vous conseiller et vous aider et vous accompagner. 

N’hésitez pas à les contacter.

https://bordercolliefsds.fr/

https://www.facebook.com/frenchsheepdogsociety