Désherbage du maïs fourrage : le plus tôt est le mieux !

Comme toutes les cultures d’été, le maïs fourrage est particulièrement sensible à la concurrence des adventices. Selon la nature et la densité de la flore, la nuisibilité mesurée peut aller jusqu’à 80 % du rendement. Un désherbage mal maîtrisé, une intervention trop tardive, un choix de produit inadapté peut faire perdre plusieurs tonnes de matière sèche par hectare.

A contrario, un désherbage réussi garantit, au-delà du rendement, l’absence de plantes toxiques dans le fourrage récolté (datura, morelle, mercuriale) et préserve le capital propreté des parcelles.

Désherbage du maïs  fourrage :  le plus tôt  est le mieux !

Le programme de désherbage doit être adapté au type de flore attendue sur la parcelle, mais aussi aux conditions climatiques de la campagne. Les interventions précoces sur adventices non levées ou à des stades très jeunes garantissent les meilleurs résultats.

La culture du maïs permet de diversifier les modes d’action

Dans un objectif de gestion durable du désherbage à la parcelle, la diversification et l’alternance des modes d’actions herbicides sont essentielles pour prévenir les risques de résistance. Sur maïs, plusieurs possibilités existent en combinant les produits à action racinaire et les produits foliaires issus de différentes familles chimiques.

Les graminées...
Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous au Mag "Bulletin de l'Alliance" !

Déjà
abonné(e) ?


Accédez au contenu

Vous êtes adhérent(e) ?


Abonnez-vous au bulletin

Pas encore adhérent(e) ?


Adhérez à l'Alliance
pour pouvoir vous abonner