La betterave fourragère, l’assurance matière sèche pour les années sèches

Des surfaces qui progressent

Les éleveurs français confirment de plus en plus leur intérêt pour la betterave fourragère faisant progresser, encore cette année, les surfaces de cette culture particulièrement productive et résiliente face aux aléas climatiques. L’ADBFM (Association pour le Développement de la Betterave Fourragère Monogerme), comme chaque année, a mis en place un réseau d’essais qui lui permet d’évaluer les variétés de betteraves fourragères. Quatre essais, avec un protocole commun, ont été installés dans le Calvados, l’Ille-et-Vilaine, la Seine-Maritime et le Nord. Chaque essai comporte les mêmes variétés et suit un dispositif à 4 répétitions.

La betterave  fourragère,  l’assurance  matière sèche pour  les années sèches

Rendements et qualité, même les années compliquées

Les essais de l’ADBFM, effectués sur 23 variétés de betteraves fourragères, montrent dans les conditions particulières de l’année 2019, l’excellent comportement de cette culture face aux aléas climatiques. Les rendements moyens sont supérieurs à 97 tonnes de racines par hectare et représentent plus de 17 tonnes de Matière Sèche totale par hectare soit plus de 19 500 UF/Ha (Pour une valeur de 1.15 UF par kg de matière sèche selon les tables INRA).

Les conditions de l’année 2019 ont été particulièrement éprouvantes pour les éleveurs avec la canicule estivale suivie d’une longue période...

Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous au Mag "Bulletin de l'Alliance" !

Déjà
abonné(e) ?


Accédez au contenu

Vous êtes adhérent(e) ?


Abonnez-vous au bulletin

Pas encore adhérent(e) ?


Adhérez à l'Alliance
pour pouvoir vous abonner