Zoonose et fièvre Q : un cas concret

Le cas concret

A la mi-avril 2019, une femme de 74 ans effectue un séjour d’environ 3 semaines en Poitou-Charentes, pour rendre visite à de la famille. Tout se passe bien, et elle rentre chez elle sereinement.  Le 13 mai, une prise de sang est effectuée pour un contrôle de routine. 


Zoonose et fièvre Q : un cas concret

Le 16 mai, elle consulte son généraliste : elle ne se sent pas bien, avec fatigue, et les résultats de la prise de sang du 13 révèle la présence d’une infection. Le médecin prescrit 7 jours de pénicilline. Personne ne songe alors à une zoonose.

Au 19 mai, une fièvre à 39°C s’installe avec nausée et anorexie. S’ensuivent 10 jours d’anorexie et de fièvre égale ou supérieure à 40°C !

Le 23 mai, une radiographie du thorax est effectuée en urgence, car la patiente présente une sensibilité pulmonaire acquise une dizaine d’années plus tôt suite à un traitement insecticide du...

Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous au Mag "Bulletin de l'Alliance" !

Déjà
abonné(e) ?


Accédez au contenu

Vous êtes adhérent(e) ?


Abonnez-vous au bulletin

Pas encore adhérent(e) ?


Adhérez à l'Alliance
pour pouvoir vous abonner