Alimentation : effet bénéfique des bactéries et des levures

Le système digestif des ruminants, et plus particulièrement leur rumen, fonctionne sur la base de la fermentation des aliments. Cette fermentation conduit à la production d’acides gras volatils (AGV) qui vont être recombinés en nutriments utilisables par l’organisme des animaux. Schématiquement et de façon un peu simplifiée, les acides gras à chaîne carbonée composée de 2 ou 4 carbones, issus de la fermentation des fibres, vont servir à la synthèse de l’énergie et des matières grasses. Les aliments glucidiques (sucres, amidon) sont, eux, fermentés en acide propionique (chaîne à 3 carbones) et vont être transformés principalement en glucose et en lactose pour l’organisme.


Alimentation :  effet bénéfique  des bactéries  et des levures

Ces fermentations sont permises par la flore digestive présente en suspension dans le jus de rumen, dont chaque millilitre est composé d’environ :

- 10 milliards de bactéries,

- 1 million de protozoaires,

- 1 million de champignons et de levures.

Lorsque l’on sait que le volume moyen d’un rumen de vache oscille entre 60 et 100 litres (environ 10 fois moins pour une brebis ou une chèvre), on comprend que cette flore ruminale représente une immense population de micro-organismes, dont l’équilibre permanent est fragile mais gage d’une bonne valorisation de la ration et donc de productions de...

Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous au Mag "Bulletin de l'Alliance" !

Déjà
abonné(e) ?


Accédez au contenu

Vous êtes adhérent(e) ?


Abonnez-vous au bulletin

Pas encore adhérent(e) ?


Adhérez à l'Alliance
pour pouvoir vous abonner