Anti-parasitaires externes et bonnes pratiques d’utilisation

La pression des parasites externes

Les insectes (mouches, moucherons, poux, mélophages) ou leurs larves (myiases), ainsi que les acariens (tiques, gales) sont source de nuisances en élevage : agacement, démangeaisons, transmission de maladies (piroplasmose, fièvre catarrhale…), parasitoses cutanées. Il en résulte le plus souvent une diminution des performances (diminution des quantités de lait produites, ralentissement de la croissance ou de la finition, mauvais résultats de reproduction). Il est donc important de protéger votre cheptel par l’utilisation raisonnée d’anti-parasitaires externes en fonction du risque subit.

Anti-parasitaires externes  et bonnes pratiques d’utilisation

Les anti-parasitaires externes sont des médicaments à visée préventive ou curatives contre les parasitoses de la peau et des poils/laine. Comme l’appellation l’indique, ils s’utilisent en application locale, externe.

On peut les classer en fonction de la famille du principe actif ou en fonction du mode d’application.

Trois familles de molécules sont disponibles pour les ruminants : les pyréthrinoïdes, les organophosphorés et les formamidines. Leurs modes d’action sont différents mais le résultat sur les parasites est souvent identique : il en résulte la mort des parasites. ATTENTION : il faut que les insectes ou les acariens soient en contact avec le produit pour que celui-ci agisse et...

Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous au Mag "Bulletin de l'Alliance" !

Déjà
abonné(e) ?


Accédez au contenu

Vous êtes adhérent(e) ?


Abonnez-vous au bulletin

Pas encore adhérent(e) ?


Adhérez à l'Alliance
pour pouvoir vous abonner