IgY : un nouveau concept de protection des jeunes ruminants

Chez l’agneau, comme chez les autres ruminants nouveau-nés, la  sensibilité aux infections du tube digestif est maximale dans les  premiers jours de la vie (figure 1). En effet, chaque animal naît avec  un tube digestif «stérile», et chaque germe ingéré dans les premières  heures de vie va pouvoir coloniser librement l’espace. En cas de germe  pathogène, cette colonisation va conduire à une maladie néonatale  d’abord digestive (colibacillose, cryptosporidiose…) puis éventuellement  généralisée (septicémie). Diarrhée, amaigrissement, déshydratation et  mort plus ou moins rapide en l’absence de traitement sont alors les  symptômes observés.

IgY : un nouveau concept  de protection  des jeunes ruminants

Pour éviter cette ingestion de germes pathogènes, l’hygiène de la litière et des lieux de mise-bas est essentielle. Désinfection avant mise-bas, paillage abondant, lutte contre l’humidité de la litière sont autant de précautions à prendre. Si des germes pathogènes sont malgré tout présents et ingérés, c’est le colostrum, en particulier grâce à ses anticorps (immunoglobulines G ou IgG) qui sera le premier rempart défensif. Il faut pour cela que la mère le produise en quantité suffisante et que le jeune ait la force et la possibilité d’en téter en quantité suffisante et suffisamment tôt. Autant d’éléments qui font que parfois...

Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous au Mag "Bulletin de l'Alliance" !

Déjà
abonné(e) ?


Accédez au contenu

Vous êtes adhérent(e) ?


Abonnez-vous au bulletin

Pas encore adhérent(e) ?


Adhérez à l'Alliance
pour pouvoir vous abonner