La betterave fourragère, une culture fourragère à ne pas oublier dans les zones d’élevage

En zone d’élevage, la culture de la betterave fourragère présente l’intérêt de capter plus de 300 kg d’azote par hectare, notamment derrière le retournement de prairie, là où un maïs n’en capte que 170 à 200 kg. De plus, elle valorise très bien les engrais de ferme et l’azote organique du sol. Pourtant ce fourrage est totalement ignoré des mesures agri-environnementales et subit une concurrence économique de la part du maïs fourrage dont la culture bénéficie d’une prime.


La betterave fourragère, une culture fourragère  à ne pas oublier dans les zones d’élevage

Depuis 1992 nous avons ainsi assisté à une baisse importante des surfaces en betterave fourragère notamment en Bretagne, les éleveurs arrêtant ou hésitant à se lancer dans la culture d’un fourrage annuel autre que le maïs compte tenu de l’aide attribué à cette culture. Pourtant la betterave fourragère intéresse les éleveurs pour des raisons de niveau et de sécurité de rendement, de qualité alimentaire, de qualité des produits animaux obtenus et de complémentarité avec l’herbe dans les systèmes fourragers. Depuis 2 à 3 ans les agriculteurs Bio sont pour ces raisons très demandeurs de ce fourrage.

Une culture fourragère qui...
Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous au Mag "Bulletin de l'Alliance" !

Déjà
abonné(e) ?


Accédez au contenu

Vous êtes adhérent(e) ?


Abonnez-vous au bulletin

Pas encore adhérent(e) ?


Adhérez à l'Alliance
pour pouvoir vous abonner