Les fourragères et autres plantes de service : d’excellents outils pour la protection de l’eau

En France, l’agriculture occupe la moitié du territoire national, soit 27 millions d’hectares. La moitié de cette surface est en prairie (permanente ou temporaire), l’autre moitié en cultures annuelles ou pérennes comme la vigne ou les vergers. Un quart de la pluie tombe donc sur de la prairie et un quart sur des surfaces cultivées. L’autre moitié sur des surfaces forestières, urbanisées ou divers.



Les fourragères  et autres plantes  de service :  d’excellents outils pour la protection  de l’eau

L’eau : un bien précieux à sauvegarder

Sur ces surfaces gérées par l’agriculture, il est important de prendre en compte la protection de la qualité de l’eau. Et le monde paysan le fait, en réalisant des reliquats d’azote pour piloter et maîtriser les apports d’engrais, en couvrant les sols l’hiver par des plantes adaptées, en implantant des couverts entre les rangs des cultures pérennes, en gérant des bandes enherbées le long des cours d’eau, en implantant des haies fascines, en gérant les effluents d’élevage, en redécouvrant le monde des légumineuses. Et le monde paysan est motivé ! Parole de paysan...

Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous au Mag "Bulletin de l'Alliance" !

Déjà
abonné(e) ?


Accédez au contenu

Vous êtes adhérent(e) ?


Abonnez-vous au bulletin

Pas encore adhérent(e) ?


Adhérez à l'Alliance
pour pouvoir vous abonner